Edition 2012 - 19ème Rallye BRESLAU

Cette année le point de départ du rallye est situé à Borne Sulonowo dans le nord de la Pologne. Arrivée le Jeudi soir après une grosse journée pour parcourir les 1485 Kms qui nous séparaient de la maison, nous retrouvons avec joie l'équipe du Team MECACOOL. Après les salutations d'usage, place à l'apéro et au traditionnel Couscous de début de rallye concocté de main de maitre par Jean-jacques et Olivier.

Vendredi 29/06 : Journée administrative

La journée est consacrée à la finalisation de l'inscription, le stickage du véhicule et les vérifications techniques pour enfin obtenir le N° de course. Cette année nous courrons avec le N°300.

Samedi 30/06 : Au programme de la journée : le prologue au sein même du bivouac puis la 1ère Etape

Le prologue : C'est un parcours aménagé d'environ 1.5 Kms à effectuer 3 fois. Les départs sont donnés en ligne 4 véhicules par 4 avec au bout d'une ligne droite d'environ 200 mêtres un virage à gauche sur une bosse laissant le passage d'un seul véhicule à la fois. Les départs sont lancés dans l'ordre des numéros d'inscription, nous partons donc dans les derniers. A l'impatience du départ s'ajoute un violent orage d'une bonne demi-heure qui aura 2 conséquences pour nous, nous sommes trempés jusqu'aux os mais la piste mouillée ne soulève plus de poussière ! Notre ligne est en place, le compte à rebours est lancé... Gaz!... Nous franchissons la bosse sur la gauche en tête de notre groupe. David et son KZ nous talonnent à tel point qu'il nous repassera à la fin du 1er tour par l'interieur dans une manoeuvre risquée. Pour éviter la collision, nous le laissons passer pour mieux le repasser.... Chose faite au tour suivant au seul endroit ou il est possible de dépasser sans risque. Voyant que la voiture se comporte très bien nous accélérons le rythme et ratrappons deux concurrents du départ précédent et bouclons notre 3eme tours avec une large avance sur nos concurrents du départ.

Avec à peine 4.5 kms à son volant, le Tomcat semble être un bel outils et un engin redoutable. A la vu de l'ordre de départ de la 1ere étape, nous pensons avoir fini le prologue en 16 ème position. Deux petites heures de pose casse croute sur le bivouac en attendant les classements et dèja nous nous présentons au pré-start en sortie de camp pour une liaison de 30 kilomètres nous amenant au départ de la 1ère spéciale.

1ère Etape : L'étape est annoncée sur 60 Kms avec au programme du "typique" Breslau. Chemins, bosses, boue et passages de gués. Encore une fois, si le violent orage du midi permet d'éviter la poussière, il détrempe aussi le parcours. Un peu de navigation ponctue le parcours. Yann en grande forme nous dirige de main de maître. Pour ma part au fils de kilomètres je prend possession de mon auto. Vive et réactive. La mécanique fonctionne parfaitement à l'exception de  la boite de vitesses, la 1ere et la 3 ème sont délicates à engager, les synchro commencent à accuser leur 5ème breslau! Bref nous roulons à notre rythme et rattrapons 3  concurrents. Une pénalité sous forme d'arrêt imposé de 10 mm vient sanctionner un excès de vitesse sur une zone limitée à 50 Kms/h. Cette erreur resulte d'une mauvaise interprétation de notre roadbook. Sans réelle gravité nous voyons repasser les 3 concurrents précédements doublés !... Finalement le temps d'une cigarette imposée et nous repartons de plus belle. Nous constatons à chaque difficulté l'extrème aisance dans le gras de notre TOMCAT, la conjugaison d'un poids contenu et des pneus FEDIMA en 900/16 est absolument redoutable, le couple moteur faisant le reste.... Reste une inconnue : Comment va réagir notre nouvelle monture dans l'eau ? L'attente ne sera pas si longue, un gué d'environ 1 mêtre se présente à nous et dans l'élan de la course nous le franchissons.... RAS. L'auto fonctionne parfaitement.... Les incertitudes s'effaçant au fur et a mesure des kilomètres, nous traçons vers l'arrivée sans problème et à bon rythme. Nous serons classé 11ème de cette première étape courte mais un vrai concentré...bref une mise en bouffe parfaitement digérée !

gm10142.jpg

 

De retour au camp après une liaison de quelques kilomètres il est temps de controler la mécanique. Pas de problème particulier si ce n'est les boulons des mains meneuses qui sont tous dévissés de plusieurs tours.!? Dans le doute nous mettrons ce problème sur le compte d'un défaut de serrage lors du montage mais à suivre quand même. 

Dimanche 1/07 : Etape 2 : 160 Kms de "Pur Breslau".

La nuit fut arrosée d'un violent orage et d'une pluie soutenue mais au matin le ciel est presque clair et le soleil nous rechauffe doucement. Le sol est détrempé mais encore une fois point de pousière à prévoir. Encore une petite liaison de quelques kilomètres et nous entamons cette 2ème étape en 16ème position sur la ligne de départ donné 1 par 1 toutes les minutes. Nous partons 2 places derrières nos amis Bretons avec leur proto TOYOTA. Chemins, boue, bourbiers et caps se suivent et s'enchainent rapidement. Redoutable est le TOMCAT dans les bourbiers, point de treuil, il faut juste engager les 2 Bloc et passer en 2ème courte au couple, l'auto s'arrête, les pneus grattent pour aller chercher du dur et l'ensemble repart de plus belle, c'est presque déconcertant de facilité..... Après un CP les choses se corsent un peu. Nous retrouvons nos amis bretons à contre sens, d'autres concurrents partis devant et pas mal de motos. Un bref échange et nous comprenons qu'ils jardinent. Yann m'annonce qu'il n'est plus collé au roadbook ! Demi tour jusqu'au dernier CP et nouvel essai. Le cap est bon, nous tombons bien sur un bunker sur notre droite mais après c'est différent ...nous jardinons généreusement et plus le temps passe plus nous sommes nombreux dans la zone. Nous décidons de remonter au CP pour signaler le problème ou nous trouvons l'organisateur qui nous indique qu'une modif nous a été indiquée au départ du camps !?!?. Bref il nous donne la correction et nous repartons de plus belle après 3/4 d'heure de copieux jardinage ! Nous roulons bien et repassons pas mal de concurrents qui, eux, ont eu l'info de modification dès le départ !.... Au détour d'un chemin, nous abordons un beau bourbier ou nous retrouvons toute la petite famille et les amis venus en spectateur. Un peu d'attente pour laisser une trajectoire "facile" se libérer et nous passons avec une petit coup de treuil pour remonter la marche de 1.5 m bien grasse en sortie. 

 L'arbre sur lequel nous treuillons casse, nous devons reprendre un autre point fixe.

D'autres concurrents moins patients ont tenté les extérieurs mais des gros plantage sont venus sanctionner ces excès d'optimisme. Finalement en quelques 10 minutes nous sommes passés ce qui n'est pas le cas de certains qui y passerons beaucoup plus de temps avec déjà pas mal de casse. Le dernier 1/4 de l'étape se profile devant nous avec encore une rivière à passer et 35 Kms de chemins roulants.

gm19976.jpg

 

Décidement, nous sommes un peu seul sur ce parcours, pas ou peu de concurrent se profilent devant nous. Quelques motos roulant a faible allure ou arrêter sur le bord de la piste. Au bout d'une piste à char nous sommes sensés prendre à gauche mais à notre grand désespoir, l'entrée dans la forêt est barrée par des rubalises de l'organisation. Nous rebroussons chemin pour vérifier notre position a deux reprises. Convaincu d'une nouvelle erreur sur le roadbook, nous remontons le parcours sur plusieurs kilomètres pour retrouver une voiture de l'organisation que nous avions repéré en amont. C'est la voiture ORGA N°3 que nous abordons en lui expliquant qu'il y a un problème 6 kilomètres plus loin ! Pris au départ pour des "bleus perdus", nous arrivons enfin a convaincre notre interlocuteur de bouger pour venir voir. Ce dernier nous laisse le conduire au point litigieux dès fois que nous soyons complètement perdus ! Mais arrivant à quelques dizaines de mêtres de la rubalise litigieuse, il nous double et l'arrache avec son 4x4 en nous faisant signe de passer...... Enervés par cette situation nous fonçons a nouveau sans avoir pris le temps de poser une réclamation, nous avons cependant noté le N° de la voiture de l'orga et la distance que nous avions parcouru a contre sens pour la trouver. Mais là encore un gros 1/4 d'heure s'est écoulé ..... La fin de l'étape est avalée sans aucun problème, le Tomcat est un super engin !

tomcat-dans-l-eau-dg-1.jpg

 

Arrivé au bivouac, nous constatons que tous les boulons de mains menueses sont à nouveau desserrés, certains de plusieurs tours. Ce n'était donc pas un "defaut" au montage de l'auto mais bien un problème au roulage. Nous décidons de bien les ressérer et de les souder en place. Pour le reste un clignotant ne fonctionne plus !!!! l'ampoule est immédiatement changée et le plein d'essence refait. L'auto est prête pour le lendemain. Mais déjà des abandons au sein de notre team car certains engins ont beaucoup souffert sur cette étape.

Le soir au briefing nous retrouvons Cedric avec qui nous décidons de déposer une réclamation pour le temps perdu au 1er bug du roadbook car lui non plus n'avait pas eu l'info de modification au départ. Etant dans le camion de direction de course, je décide de déposer une seconde réclamation pour la rubalise mal placée (ou déplacée !?!?!) qui nous a fait perdre un bon 1/4 d'heure aussi .... Au final c'est près d'1 heure perdue que nous accusons ! Nous sommes 17 ème de la spéciale avant aboutissement de nos réclamations ( qui ne seront pas prise en compte par la suite ....).

Lundi 2/07 - Etape 3 : 200 kms ...encore du pur Breslau.

Un soir, un orage ! Mais au petit matin le ciel est de nouveau clair, la température est fraiche mais toutjours pas de poussière..... Nous partons en 11ème position. Devant il n'y a plus de camion.....mais du lourd tant en préparation qu'en cylindrée. Seule incertitude pour nous : les boulons de mains meneuses, soudés certes mais vont ils tenir ? Outre la casse brutale et imprévisible, j'ai a l'esprit d'économiser au maximum la transmission... et surtout d'adopter une conduite plus souple pour éviter au maximum les reprises d'adhérence. Nous partons a bon rythme et rattrapons 2 concurrents durant la journée. La navigation était au top, l'auto aussi ! Enfilade de bourbiers, passages à gué et chemins roulants, le Tomcat semble survoler les difficultés. Mais attention les limites ne sont pas loin.... Une souche a l'extérieur d'un virage nous rappelle vigoureusement a l'ordre lorsque la roue arrière est venue l'embrasser. L'auto est projetée a 90 ° le nez dans un fossé. Nous perdrons quelque minutes précieuses pour en ressortir mais plus de peur que de mal et nous repartons aussitôt. Un peu plus tard dans la spéciale, je rate un virage et nous finissons notre course dans un arbre de face...là encore de la chance, le pare choc tubulaire a parfaitement rempli son rôle : tordu mais prêt a repartir !.... Au passage d'un bourbier quelques kilomètre plus loin, nous retrouvons notre équipe d'assistance venue en spectateur. Nous leur demandons d'arracher l'extension d'aile avant droite qui bat au vent depuis notre virage raté et repartons de plus belle sous leurs encouragements !  Bref tout en économisant la transmission nous roulons bien, très bien même en 3 ou 4 ème longue... Un dernier ecart pour un ultime dépassement et  une souche en bordure de chemin déformera la jante avant gauche mais grace au montage des staun dans les pneus nous continuons notre parcours à la même allure...Nous dépasserons deux autres véhicules dont un stopper sur le bord du chemin capot ouvert.....La ligne d'arrivée est franchie et nous rentrons au camp dans les premiers.... 

tomcat-en-course-dg-1.jpg

 

L'auto est controlée avec la plus grande attention car la journée a encore été très dure pour les mécaniques. Nous redressons la jante et remplaçons une rotule de direction qui n'a pas apprécié l'embrassade avec la souche. Le pneu est regonflé a 1.4 bars. Le plein est refait car a cette allure nous consommons une moyenne de 45 litres/100! On ne fait pas de feu sans fumée .... Les soudures des boulons de mains meneuses n'ont pas bougé !..En revanche le porte roue arrière semble difficilement assumer le poids de la roue de secours nous le ressoudons partiellement ! ...L'auto étant prête pour le lendemain nous entamons l'apéritif de très bonne heure .

Nous serons 6ème de l'étape.  

Mardi 3/07 - Etape 4 : Créchendo Encore plus de kilomètres  "100% Breslau" .

Aujourd'hui c'est du lourd ! Que sera l'hanibal de Jeudi ? Programme dense de chemins, forets, bourbiers, rivières et marais. Nous partons de bonne heure en 6 ème position, toujours un ciel peu nuageux mais un sol détrempé. Il n'est absolument plus question de remonter les pneus Mud en lieu et place des Fédima, l'auto est au top. Sans avoir de classement général provisoire nous savons interieurement que nous roulons bien et chaque jours nous repartons mieux placé. Le nombre croissant d'auto en vrac sur le bivouac nous conforte dans cette idée. Il faut jouer la régularité à bon rythme comme les jours précédents sans pour autant s'endormir car devant ça roule très fort!  Nous avons plusieurs atouts à jouer aujourd'hui. Pas de camion devant et en partant dans le groupe de tête, on ne perd pas de temps dans des dépassements hazardeux ( ils roulent comme nous voir +). D'ailleur au court de la journée nous n'avons vu des concurrents que lors de la boucle commune.... Le reste du temps nous retrouvions de temps à autre un concurrent .....Breton !  Au risque de me répéter, le TOMCAT nous surprend chaque fois plus, nous n'avons pas treuiller de la journée ! Et pourtant ceux ne sont pas les marais ni les passages boueux qui manquaient dans cette spéciale. Le plus surprenant fut la traversée de l'infame bourbier au milieu de la pleine (qui par le passé m'a fait perdre à plusieurs reprises beaucoup de temps !!!). A notre arrivée les Bretons étaient tankés sur la coté gauche, deux SSV occupaient le coté droit.... seul le milieu de cette beauge restait désespérement vide....Voyant notre arrêt d'observation se prolonger, un français nous interpelle en nous précisant qu'il n'était pas la peine de passer au milieu car seul un buggy polonais avait réussi difficilement en mettant plein gaz !..... Coup de folie ou de pocker ?!?!.... Je demande a Yann de descendre de l'auto, verrouille les 3 blocs et engage le 2ème courte..une dernière hésitation...et.... Gaz !!!!.... le Tomcat s'engage dans cet horrible trou sans fond, par reflexe je saisie le roadbook et le maintient sur le toit tout en conservant mon volant droit et la pédale d'accélérateur enfoncée..... Le TOMCAT avance , avance ...doucement mais toujours, l'eau monte toujours arrivant maintenant au 3/4  du pare brise du coté droit, de mon coté le niveau semble se stabiliser a hauteur du volant..Je croise le regard surpris et inquiet de Damien le copilote Breton au moment ou je les double.. le Tomcat penche de plus en plus mais avançe toujours centimètre par centimètre jusqu'au moment ou l'avant remonte d'un coup une fois le lit de la rivière franchi.... mais pas de chance dans ce mouvement de redressement, l'eau expulsée de l'interieur de l'auto entraine avec elle les coussins du siège de Yann.... Trop tard,  je reste accélérer, la sortie de l'eau n'est plus qu'a un vingtaine de mêtre de là.....Le CP est enfin atteind et Yann rejoind l'auto en courant sans avoir à se mouiller....mais c'était sans compter la récupération des coussins de son siège flottants au milieu de la fosse.... Du coup il a du se mouiller quand même...! 

 

 

Blindé par cette exploit, nous attaquons de plus belle jusqu'à l'arrivée que nous atteignons sans problème. Enfin presque, le moteur ayant des ratés à l'accélération de plus en plus important, nous décidons d'essuyer l'interieur de la tête d'allumeur que nous imaginions pleine de condensation, ce qui était le cas, et 2 minutes plus tard nous repartions de plus belle. Nous rentrons au camp en milieu d'après midi après 6h59 de course. Nous avions le sentiment de ne rien avoir lacher de la journée et vu le nombre de véhicule déjà au camp à notre arrivée notre sentiment se transformait en certitude. Nous sommes 5ème de cette dure et longue étape et le Tomcat est toujours aussi "frais" !

assistance-tomcat-1.jpg

 

Edouard et Leopold (mes deux ainés agés de 14 ans) s'affèrent à la révision de l'auto. Après inspection générale, une ampoule de code est à remplacer et le support de roue de secours encore à ressouder. Nous nous laissons la fin de soirée pour imaginer une modification qui soulagerait le support du poids conséquent de la roue (58 Kgs!). Les retours au camp de beaucoup de concurrents s'échelloneront jusqu'au tard dans la nuit....

 Mercredi 4/07 - Etape 5 . Petite journée (après celle d'hier) composée de 3 spéciales roulantes de 12, 25 et 30 Kms entrecoupées de liaisons.

Sans classement général provisoire ni même de classement de l'étape d'hier, nous partons en 6ème position. Devant toujours les mêmes..... dont les 2 buggys polonais à moteur BMW 4.4 de 290 Cv. Aujourd'hui, c'est du roulant, pas de navigation, pas de boue ou marais..... difficile de rivaliser avec les grosses cavaleries devant nous. En raison des très faibles distances, nous envisageons de tenir notre rythme et de préserver au maxi le Tomcat car demain c'est l'hanibal (la vraie!), Certe le Tomcat est un franchisseur redoutable mais difficile à tenir au delà de 100Kms/h sur ces petits chemins (la taille et la hauteur des pneus y sont ici un point faible), au pire nous ne perdrons qu'une petite poignées de minutes ce qui n'est pas grand chose comparé à une casse mécanique qui nous stoppe sur place...pire une sortie de piste immobilisante......Théorie ! .....Finalement sur la première spéciale de 12 Kms, nous avons réussi à reprendre une minutes à l'un des buggy  polonais finissant dans son pare choc à l'arrivée : 7 minutes de plaisir ( bien augmenter le volume des hauts parleurs !) 

Envouté par ce résultat,nous attaquons dans la 2eme spéciale un peu trop même puisque a deux reprises nous quitons le chemin de façon disons inoportune.... Une fois pour arriver dans un champs d'herbes hautes, c'était sans compter sur les bornes en ciments invisibles qui par le plus grand des "hasards" ont été évités et la seconde fois, encore dans un virage alors que le Tomcat était en glisse de l'arrière, la roue arrière extérieure mordant sur le bord du chemin, heurte une souche, à nouveau le Tomcat pivote de 90° pour finir le nez en bas d'un fossé à quelques centimètres d'un arbre. 3 à 4 minutes de manoeuvre seront necessaires pour remonter sur le chemin et reprendre notre course. Malheureusement (ou peut être heureusement) notre support de roue de secours jouera le limiteur. Complètement disloqué, nous avons du immobiliser la roue de secours tant bien que mal a l'aide de sangles..... Inutile de discuter nous devons impérativement réduire la vitesse pour ne par perçer le réservoir d'essence. Nous sommes classé 14 ème de la journée et perdons 4 minutes sur nos adversaires mais le Tomcat fonctionne à merveille ce qui nous laisse la soirée pour modifier tranquillement le porte roue de secours.

Jeudi 5/07 - Etape 6 : Hannibal, la fameuse....

Tenu confidentiel jusqu'au départ, le déroullement de la journée nous a presque surpris par sa faible distance...un découpage en 3 spéciales pour une total de 160 Kms entrecoupées de liaisons. Une grosse journée de près de 400 Kms nous attend quand même. Nous entamons la journée avec le groupe de véhicules devenu habituel car nous partons encore en 6ème position. La première spéciale était assez roulante, un peu de navigation mais tout s'enchaine à merveille. La seconde spéciale dans les bois nous attend avec un peu plus de difficultés, beaucoup d'eau sur ce parcours mais là encore nous passons sans erreur. La navigation est au Top seul un essuie glace debouté nous stoppera quelques instants. Nous roulons à notre rythme tout en surveillant notre porte roue arrière qui semble tenir la distance. Pas d'erreur de pilotage, les difficultés rencontrées sur le parcours sont franchi sans treuil ce qui ne semble pas être le cas de certains de nos rivaux.  Dans l'avant dernière liaison, nous décidons de refaire le plein complet (180 litres ! ) afin de s'asurer une fin de parcours sans souci, deux mars et un coca et nous voila fin prêt pour attaquer la dernière spéciale, Cette dernière spéciale de 65 kms semble la plus difficile de la journée : sable, navigation, bourbiers et le fameux pont de Zagan qui compte tenu des orages quotidien risque d'être à la hauteur de sa réputation..... Avant le départ de cette dernière spéciale de la journée nous passons par le centre ville de Zagan pour un "départ" officiel sous une chapiteau. Cette "formalité" accomplie, direction la forêt pour enfin prendre le vrai départ.

Cette dernière spéciale tient toutes ses promesses, larges bandes de sable bien lourd ou il est difficile de monter les rapports sans rester tanké. La mécanique est sollicitée au maximum pour maintenir une vitesse constante en 3ème longue car il est impossible de passer la 4ème par manque de puissance ! Nous adoptons un régime de croisière dicté par le mano de température en limitant l'échauffement moteur à 100°. Les caps s'enchainent sans problème et les bourbiers se succèdent les uns après les autres, le treuil reste invariablement éteind..... Au 2/3 de la spéciale a l'approche d'une série de trou boueux et bien lourd, j'oublie d'engager les blocs..... evidement nous restons planté dans le dernier trou devant ce qui devait être un CP .... fantome ? Yann descend de l'auto pour installer le cable sur un arbre, au même moment je constate mon erreur, corrigée, le Tomcat sortira tout seul de ce trou...Excuse moi Yann de t'avoir obligé à te mouiller les pieds inutilement... Le soit disant CP fantome n'en était pas un, simplement nous sommes passés avant que le CP soit installé... car nous étions toujours dans les 5 premiers. La spéciale a été écourtée par l'organisation à 20 Kms de la fin en raison de la hauteur d'eau au pont de Zagan ( entre 1.6 et 1.8 mêtre avec un très fort courant), seuls les camions franchiront cette zone. Du coup c'est a un CP que nous terminons la spéciale. A notre arrivée sur place, 3 véhicules venaient juste de se regrouper : Il s'agissait des 3 premiers partis devant nous ce matin ! Loin d'être une preuve de victoire car les temps de liaisons sont gérés librement par les équipages, cela nous confirmait cependant que nous avions rouler au même rythme que nos concurrents directs.

Nous attendons à cette arrivée l'équipage Breton que nous savions juste derrière nous, au bout de quelques minutes une troisième véhicule nous a rejoind, il s'agissait de David et Manu (Toyota kz) membres de notre team mécacool . Nous avons rallié le camp situé a 80 Kms ensemble avec 2 SSV qui nous ont suivi. Durant cette liaison nous avons essuyé un terrible orage nous obligeant a nous réfugier au poste frontière entre la Tchequy et la Pologne car nous avions coupé par la Tchequy. Trempé jusqu'aux os (pire pour les 2 équipages en SSV qui ont été meurtris par les grelons), nous arrivons au camp dans les premiers. Au cours de la soirée nous auront encore 2 orages impresionnants transformant le bivouac en gigantesque bourbier. Réfugiés dans les camions nous décidons de reporter au lendemain matin la révision du Tomcat car l'étape du Vendredi commence toujours le midi permettant a tous les concurrents de terminer l'étape hannibal pour certain tôt le matin.... à 20h30 nous étions prêt pour l'apéro tous une main sur le barnun pour éviter qu'il ne s'envole sous le 3ème et dernier orage de cette fin de journée.

Nous serons classés 6ème de l'hannibal

Vendredi 6/07 - Etape 7 - Au lendemain de l'hannibal..... 3 petites étapes courtes, navigation simple mais gros bourbiers annoncés !

Après une bonne nuit à flotter sur le terrain détrempé du bivouac, nous révisons le Tomcat. Pas de souci particulier si ce n'est le porte roue que nous modifions et ressoudons. Lors de l'examen complet nous décidons de renforcer la soudure de la fixation de la patte d'oie du pont arrière qui semble commencer a travailler un peu... on est encore dans le préventif ! Pour le reste changement des plaquettes de frein, et compléments des différetns niveaux de l'engin. 10h 30 Nous sommes prêt et le briefing est prévu pour 11 H.

Nous entamons cette étape en 14ème position (résultat de l'étape 5). Nous parcourons la 1ere spéciale rapidement : 12 kilomètres de roulant sans problème particulier si ce n'est 2 petites erreurs de lecture de roadbook sans réelle conséquence pour le temps d'étape. La seconde étape est annoncée comme plus difficile avec 3 bourbiers difficiles. De plus le départ est donné en ligne par 3 au pied d'une côte herbeuse terminant sur un talus laissant le passage d'une seule auto une centaine de mêtres après. Nous décidons de ne pas prendre de risque sur ce départ et annonçons aux 2 autres beligerants notre intention de les suivre.... Chose dite, chose faite nous suivons....Le premier bourbier arrive,  nous avons tout loisir de voir le premier se planter, nous le dépassons sur une trajectoire plus appropriée et tentons de dépasser notre second collègues dans le bourbier sans succès, mais déjà le second bourbier se profile. Nous suivons toujours notre concurrent qui se plante juste devant nous au milieu du bourbier. Qu'a cela ne tienne, nous reculons de quelques mêtres et optons pour une traversée complete de cette fosse collante. 2 blocs/2ème courte et Gaz en repartant du milieu de ce bourbier. Miracle ! Nous redemmarons et traversons l'endroit dans sa plus grande largeur avec une facilité déconcertante, nous avons dans ce bourbier doublé 4 concurrents ! A l'arrivée de l'étape, le Hongroi Agilla est venu inspecté notre auto stupéfait par notre redemmarrage dans le bourbier ! Non Monsieur il n'y a pas d'hélice dessous .....! Ayant remonter sur cette courte étape une bonne dizaine de concurrents, nous entamons la 3ème et dernière spéciale du jour, longue de 25 Kilomètres avec le groupe de tête. C'est du roulant et de la navigation ! La concurrence est rapide et nous tentons de tenir la cadence avec succès. Mais à 6 kilomètres de la fin de la spéciale nous retrouvons un groupe d'une vingtaine de motards, 4 ou 5 SSV et 2 4x4 arrêtés. Le Road book comporte une erreur, les concurrents ont décidé de s'immobiliser en attendant l'organisation. Finalement la spéciale est stoppée au dernier CP quelques centaines de mêtres en arrière. Dans la confusion nous sommes septiques car nous entendions des véhicules passés non loin de l'endroit ou nous étions scotchés. Finalement rien de perturbant car il s'agissait des Cross Country qui avaient un parcours différent !  Nous rallions l'arrivée de la spéciale non chronométrée sans encombre.

gm13733.jpg

 

Nous sommes classés 3ème de l'étape.

A l'issue de cette ultime journée nous devons nous rendre en Allemagne dans la mine de Liepzig pour l'étape du lendemain a quelques 275 Kms de notre lieu. Pour eviter tout problème de stationnement des camions d'asistance à la sortie de la spéciale, nous décidons de déporter notre point de chargement sur la première station de l'autoroute a une soixantaine de kilomètre de là. Nous quittons donc les lieux pour notre petite liaison, 30 kilomètres de petites routes pour rejoindre l'autoroute et 25 kilomètres sur cette dernière pour rallier la station service point de rendez-vous. Le Tomcat fonctionnant parfaitement, nous entrons sur l'autoroute et roulons a 110/120 Kms/h en direction de la station service. Les autres automobilites avaient un regards surpris en voyant notre auto....Extra -terrestre ? Bref nous roulons tranquille depuis un certains temps et une sortie d'autoroute s'annonce mais toujours pas la station....? Consultation du GPS.... Zut nous avons pris l'autouroute dans le mauvais sens et la prochaine sortie est a 65 Kms de là... Greuh ! Après 220 kilomêtres dont 180 kms pour le plaisir (!) nous rechargeons le Tomcat dans le camion direction Liepzig que nous atteindrons vers 23 H.

 

Un partie du team Mécacool étant déjà sur place, ils ont eu le temps de préparer comme il se doit la soirée "Cotes de boeuf/Antillaise". Le ventre plein et l'esprit vaporeux nous nous couchons aux environs de 4 heures du matin après une soirée très ......déconnectante......

Samedi 7/07 - Etape 8 : La mine a ciel ouvert de Liepzig . Navigation, vitesse et bourbier.   

Une spéciale de 70 Kms consistant en un parcours de 35 kms à effectuer 2 fois. Nous partons en 5ème position ce qui correspond traditionnellement au classement général provisoire que nous n'avions pas vu. Notre ami Gillou et son G jaune sont juste derrière nous. En attendant le départ nous nous promettons de rouler en binome pour passer la ligne d'arrivée ensemble. Le départ est donné et Gillou ne tarde pas à nous rattraper. Nous augmentons le rythme mais un essuie glace se déboite lors d'un passage dans un sous bois. Compte tenu de l'eau omniprésente nous devons nous arrêter pour l'immobiliser. Nous signalons à Gillou qu'il n'y a pas de problème et que nous repartons immédiatement, il fonce devant.... Une petite erreur dans le roadbook (modification de dernière minutes mal décodée) nous fait perdre une dizaine de minutes. Rien de grâve car nous retouvons Gillou dans la bagarre. Nous passons devant l'organisteur qui discutait avec un motards sans nous arrêter.... nous apprendrons quelques minutes plus tard qu'il était là pour indiquer une modif du roadbook permettant de sortir de la boucle en direction de la ligne d'arrivée.... Nous serons contraint de stopper quelques minutes au CP suivant pour avoir cette info et franchirons la ligne d'arrivée 2 minutes après Gillou. Le contrat est rempli, nous sommes a l'arrivée entier et de surcroit bien classé.

gm13751.jpg

 

Une incertitude cependant restant quand a notre classement final car nos amis bretons ayant rendu tardivement leur carton de la vieille, ils ne sont partis que 40ème sur cette dernière étape. Quel sera donc le classement définitif une fois cette mise à jour faite car nous ne connaissons pas les différences de temps entre nous. D'autre part nous savions que le N°207 avec qui nous avons roulé toute la semaine avait déposé une réclamation pour un CP non comptabilisé (2 heures de pénalité !) et nous ne connaissions pas le résultat.

Les autos ont été immédiatement rechargées dans les camion car nous quittons l'Allemagne immédiatement après la spéciale. Une incertitude restait dans l'air. Nous étions persuadés d'être dans les 10 premiers et peut être 1er Français de la course ou 2eme derrière les Bretons. C'est Gillou par téléphone qui nous a infomé du classement général alors que nous avions déjà parcouru 400 Kms sur l'autobhan :  5ème au général et 1er Français.....Les Bretons seront donc 1er Bretons et 2ème Français et enfin .....Gillou.... qui termine le rallye pour la première fois depuis 10 ans en entrant dans le top 10 à la 8ème place au Général....

pol12-final-10.jpg

 

Cette 19ème édition est un excellent souvenir outre évidement notre classement final, l'épreuve a été longue et dure. Les conditions météo quasi optimales avec des orages violents la nuit et du temps clément la journée...enormément d'eau mais du coup pas de poussière....Par chance le Tomcat  a parfaitement fonctionné tout au long du rallye, il y a bien quelques petites modifs a réaliser pour parfaire l'ensemble - j'ai 11 mois pour cela - mais la configuration du Tomcat  était tout a fait adapté aux conditions de l'épreuve cette année. J'aurais quand même un regret, c'est de ne pas l'avoir essayé sur sol plus sec avec les pneus Mud, certes beaucoup moins performant dans le gras, mais certainement plus adaptés pour rouler vite.    

Merci a Yann mon copilote,

Merci à Edouard et Leopold pour l'excellente assistance, pour leur baptème du feu ils ont été servis!

Merci à Jéremy qui n'a pas hésité un instant à seconder les jeunes.

Merci a tous les membres du Team Mécacool sans qui cela ne serait pas possible : Jean-Paul le team manager et Gégé sa redoutable assistante.... 

Malgré pas mal d'abandon au seins du Team mécacool, l'esprit est resté intact,...... Vivement l'année prochaine.....!!!!

Classement général final catégorie Extrème :  breslau-classement-final-2012.jpg

Le classement général complet sur :  http://www.rallye-breslau.com/fce/001/0276/files/Gesamtergebnis_CARextreme.pdf 

Les classements par étapes et général quotidien sur : http://www.rallye-breslau.com/fce/001/0276/files/

Résumé complet en version Imprimable : breslau-poland-2012-resume-luc.doc breslau-poland-2012-resume-luc.doc

 

 

 

Commentaires (2)

1. SpartanWars (site web) 29/03/2013

Get the Elite Edition of Spartan Wars to automatically receive a unique God, Persephone, who will add three devastating combat skills in addition to three helpful management skills to your arsenal.

2. Bastos 02/08/2012

Felicitation a toi Luc a ton copi et aussi à tes fistons ;-)
Bastos

Ajouter un commentaire